mardi 12 mars 2013

Application pour l'Académie Olympique Internationale

video

So true... Best video ever

Thank you mom ... and dad!

Go watch:   http://www.youtube.com/watch?v=2V-20Qe4M8Y

lundi 11 mars 2013


Sharing the dream... St-John, NB February 22-23-24th




Telegraph Journal - Sports-Other - Swimming :: Olympian makes splash with local synch... Page 1 of 3
Wednesday, March 6, 2013 You are signed in as WORK SAFE N.B. | Sign out | SEARCH Enter Keyword
TELEGRAPH-JOURNAL: HOME | POLITICS | BUSINESS | OPINION | NATIONAL | INTERNATIONAL | SPORTS | MAGAZINE | ESCAPADE | SALON | HERE
GREATER SAINT JOHN | MONCTON TIMES & TRANSCRIPT | FREDERICTON DAILY GLEANER | KINGS COUNTY RECORD | WOODSTOCK BUGLE-OBSERVER GRAND FALLS VICTORIA STAR | CAMPBELLTON TRIBUNE | BATHURST NORTHERN LIGHT | MIRAMICHI LEADER | L'ETOILE | LE MADAWASKA
SPORTS
FREDERICTON SPORTS | MONCTON SPORTS | SAINT JOHN SPORTS
Submit a letter to the editor


Marie-Pier Boudreau Gagnon and Elise Marcotte from Canada compete during the women's duet synchronized swimming free routine at the Aquatics Centre in the Olympic Park during the 2012 Summer Olympics in London. PHOTO: MICHAEL SOHN/THE ASSOCIATED PRESS Michael Sohn
SWIMMING
OLYMPIAN MAKES SPLASH WITH LOCAL SYNCHRO CLUB
OTIENA ELLWAND TELEGRAPH-JOURNAL 05 MAR 2013 11:00PM
SAINT JOHN – The last time Elise Marcotte was in Saint John was 11 years ago, when she won her first trophy in synchronized swimming at a national event in 2002. Since then, she’s been to the 2008 and 2012 Summer Olympics and has two gold medals in duet and team events from the 2011 Pan American Games, among other accolades.
Marcotte recently visited the Surf City Synchro Club at the Canada Games Aquatic Centre to host technical workshops for coaches and athletes in the water and out of it.
Marcotte, 24, retired from synchronized swimming after the London Olympics where she and partner Marie-Pier Boudreau-Gagnon came in fourth in the duet and team categories. Recently, she has been travelling across the country, visiting synchro clubs in Alberta, Saskatchewan, Manitoba and Ontario.
“I want to share my passion for the sport and share the knowledge I’ve learned over the past 18 years and from two Olympics,” Marcotte said.
The wisdom she passed along made an impression on 11-year-old Madison Shannon, who sat alone in the bleachers absorbing what she learned.
“It was the best experience I could ever imagine,” Shannon said. “When I get older I want to be in the Olympics, too. Just to see how she made it all the way there is really cool.”


Shannon was not the only one who made an instant connection with the amicable Marcotte, who was accompanied by a gaggle of kids hanging off her every word.
Even one of the team mothers was smitten.
Shelly Dauphinee, whose two daughters Emma and Cate swim with the Saint John club, billeted Marcotte.
“She represented the Olympic community very well. To think we watched her last summer on television and here she is swimming in our pool, eating breakfast with us, sleeping in our guest room ...” Dauphinee said. “Next time, I said she can even drive our car.”
Dauphinee said Marcotte talked to her girls about the glory of the Olympics and also the challenges she faced to get there.
“She taught my girls a little bit about resilience,” Dauphinee said.
Coach Jennifer O’Blenes said the visit will have a “lasting impact” on her students who took away the lesson that little improvements can make a big difference.
“It’s unreal what they’ve gotten out of her, just overcoming struggles, how to stay motivated, a lot of tips and tricks that can improve what they already have for skills that much more,” she said.
“I think they got a lot of inspiration, which is what we were hoping for. I think they overcame a fear to try new things.”
What was maybe most memorable for the young athletes was seeing Marcotte demonstrate her skills in the pool.

“She was amazing,” said Abby Kelson, 12.
“Everything she did was perfect,” gushed Brooke Streeter, also 12.

While the judges at the Olympics might not agree entirely with these girls assessments, Marcotte said she has no regrets about just missing the mark for a medal.
“Our performance was so good, we didn’t care about the rest, we were an amazing team, we’re still friends,” she said, adding that Team Canada won medals at every other competition besides the Olympics. “We’re really proud of what we did.”


Now she’s on a different journey, finishing up her master’s degree in marketing in Montreal and making herself accessible to young athletes, “so they can see I’m normal,” she said.
Her goal now is to help people discover their calling, hopefully in synchronized swimming.
“Keep working hard and love what you do, it’s the first thing,” she said. “Once you find what you’re passionate about, you don’t care about giving it effort or being tired at the end of the day.”

Sharing the dream...   Calgary February 15-16-17th

Quote from one of the swimmer Brooklyn Baker / Citation d'une des nageuses Brooklyn Baker :

"It made me feel so important to be in the same water as an Olympian! It's not every day you get to swim with someone who has been to the Olympics, and she went twice! She taught us so much. She inspired me because she had to work really hard to get to the Olympics herself. The best part of her visit was getting her autograph and a picture with her!"

"Je me sentais tellement importante d'être dans la même piscine qu'une Olympienne. Ce n'est pas tous les jours que vous pouvez nager avec quelqu'un qui est allée aux Jeux olympiques, et elle y est allée deux fois! Elle nous a appris tellement de chose. Elle m'a inspirée parce qu'elle a dû travailler très dur pour aller aux Jeux olympiques. La meilleure partie de sa visite était d'avoir son autographe et une photo avec elle!"



Message from the head coach...

The club! Calgary Aquabelles 

Working in the water

Follow me!!!

Spreading the dream... Sudbury February 9-10th
Here's an e-mail from a parent of a little swimmer in Sudbury... She is 7.


-----


Hope your travelling is going well and you arrive home before the freezing rain hits.

I wanted to take a moment to thank you very much for the weekend in Sudbury.  My daughter thought the time was amazing.  Right now, she is making a scrap book of photos, autographs, bathing caps and personal writings.  She has been crying since you left as she ‘misses you’ and genuinely hopes she will see you again.

This is the type of thing that she will remember forever.  She loves the sport and your contribution to her swimming is sure to be a large one and will certainly be long lasting.  From a parent’s perspective, I was amazed at how well you related to all the girls and the coaches.  It was fantastic to meet you and I am extremely glad the club brought you in. 


Thanks again,

Matt

Suivez moi sur twitter!

Follow me on twitter!

http://twitter.com/EliseMarcotte



De la nage synchronisée aux études universitaires; le parcours d’excellence d’Élise Marcotte

Élise Marcotte, étudiante de 24 ans au baccalauréat en marketing à l’UQAM, est une toute jeune retraitée de la nage synchronisée. Double médaillée d’or aux Jeux Panaméricains en 2011, médaillée de bronze des Championnats du Monde FINA en 2009 et en 2011, deux participations aux Jeux olympiques, voilà quelques-uns des résultats de cette jeune retraitée, originaire de Québec. Boursière depuis plusieurs années de la Fondation Sport-Études, Élise a entre autres été la récipiendaire d’une bourse Or de 5000 $ offerte par RDS, l’an passé, ainsi que d’une bourse « Une médaille à ma portée » de 5000 $ offerte par la Fondation Desjardins, au printemps 2011. Elle fait aujourd’hui un retour sur sa carrière de sportive d’élite et partage avec nous la façon dont elle a vécu ces nombreuses années de sacrifices en combinant un sport exigeant avec ses études.
« Il y a quelques jours, raconte Élise Marcotte, j’ai croisé une jeune nageuse tout juste classée au sein du Centre d’Excellence de nage synchronisée. Ce centre regroupe les 24 meilleures nageuses au pays, dans le but de préparer l’équipe olympique des jeux 2016. C’est un honneur et une opportunité incroyable d’en faire partie. À 18 ans à peine, elle amorce sa première année de cégep et change de vie du tout au tout. À compter de ce moment, 40 à 50 heures d’entraînement par semaine ainsi que plusieurs compétitions internationales devront être inscrites à son calendrier.
Ce changement de vie est très commun au sein de la communauté sportive, précise madame Marcotte. J’ai aussi vécu cette modification de mon rythme de vie et j’ai dû partir de ma ville natale, Québec, pour aller à Montréal, où j’ai fait partie du Centre d’Excellence. Durant six ans, de 2006 à 2012, j’ai représenté mon pays à deux Jeux olympiques (2008 et 2012), deux Jeux Panaméricains (2007 et 2011), trois Championnats du monde (2007-2009-2011) ainsi qu’à plusieurs autres compétitions internationales.
L’échange avec cette jeune nageuse m’a rappelé toutes ces années où j’ai dû combiner les études et les entraînements. Aujourd’hui, à la suite des Jeux olympiques de Londres, j’ai décidé de prendre ma retraite.
La jeune nageuse me décrivait son horaire en précisant à quel point cela représentait un défi pour elle. Passer directement de la piscine au cégep requérait une réelle adaptation. Immédiatement, je lui ai demandé si elle était inscrite à l’Alliance Sport-Études. Après avoir bénéficié de ces services pendant plusieurs années, la question était naturelle pour moi. Je lui ai aussitôt conseillé d’appeler ou d’envoyer un courriel, car les conseillers de l’Alliance sont rapides et efficaces, et ce, pour n’importe quelle situation. Leurs conseils m’avaient permis de faire mon DEC à une vitesse dont je suis plus que fière aujourd’hui. Je lui ai donc donné le nom des personnes à contacter en l’assurant qu’elle aurait une réponse quasi instantanée de leur part.
» Quant à moi, l’Alliance Sport-Études m’a permis de finir mon cégep avant les Jeux olympiques de 2008. L’Équipe de l’Alliance Sport-Études m’a accompagnée entre le Cégep Garneau à Québec, le Collège Ahuntsic à Montréal et Cégep@distance. Ayant eu à m’absenter à plusieurs reprises pour les camps d’entraînement et des compétitions, l’Alliance Sport-Études m’a permis de créer des horaires à mon avantage ainsi que des ententes avec mes différents professeurs en ce qui concerne des reprises d’examens ou des reprises de travaux. Les cours offerts par Cégep@distance m’ont également beaucoup aidée à accélérer mes études. Je pouvais faire des devoirs, peu importe le pays où j’étais, en plus de bénéficier d’un service personnalisé au besoin.
» Après les Jeux olympiques de Pékin 2008, j’avais finalement tous les acquis pour entrer à l’université et j’ai pris la décision de me replonger dans la piscine pour quatre nouvelles années. J’ai commencé ces quatre années en ayant deux objectifs majeurs en tête : des performances incroyables aux JO de Londres en 2012 et avoir mon baccalauréat en administration en décembre 2012.
» Chaque session de mon baccalauréat à l’UQAM, j’avais à m’absenter de deux à six semaines pour des camps d’entraînement et des compétitions à l’échelle internationale. Sur 15 semaines de cours, cela nécessitait beaucoup d’autonomie de ma part et énormément d’ouverture d’esprit de la part des professeurs.
» Avant chaque premier cours, j’écrivais à mes professeurs, avec une lettre de soutien de l’Alliance Sport-Études, pour mentionner le fait que j’allais devoir m’absenter au courant de la session. Cela me permettait de vérifier s’ils étaient prêts à collaborer avec moi afin de me permettre de poursuivre des études supérieures tout en étant une athlète de haut niveau. Avec les services de l’Alliance Sport-Études, tous les professeurs, sans exception, ont accepté et m’ont ainsi permis d’atteindre mes deux objectifs.
» J’ai fréquenté des établissements scolaires qui sont membres de l’Alliance Sport-Études; c’était un critère pour moi, car je savais que j’allais y avoir l’encadrement et le soutien nécessaire pour arriver à atteindre mes objectifs.
» Après 18 ans à pratiquer la nage synchronisée, j’ai décidé de prendre ma retraite et de me concentrer sur mes nouveaux objectifs. En tant qu’athlète, il est plus qu’important de se préparer une “après-carrière”. Pour moi, la transition s’effectue à merveille; ayant plusieurs projets en tête, je n’ai pas le temps de m’ennuyer!
» Je termine présentement un baccalauréat en administration marketing à l’UQAM et amorcerai une maîtrise dans la même discipline aux HEC en janvier 2013. Le sport restera toujours une priorité dans ma vie, affirme Élise Marcotte avec enthousiasme. »